La Double Inconstance – La Double Inconstance de Marivaux – Résumé de La Double Inconstance – Fiche de lecture de La Double Inconstance de Marivaux – Etude de La Double Inconstance de Marivaux

La Double Inconstance

La Double Inconstance de Marivaux - résumé

La Double Inconstance (1723)
Résumé - La Double Inconstance

Comédie en trois actes représentée pour la première fois par les comédiens italiens, en 1723. La Double Inconstance est un titre parfaitement choisi pour cette admirable analyse de la nature humaine. C’est un chef d'œuvre de cynisme tranquille ou de cruauté souriante, puisque le mythe de la toute-puissance de l'amour est battu en brèche par la volonté du pouvoir politique. Une fois encore Marivaux étudie son thème de prédilection : le sentiment amoureux dans tous ses états. Il se livre avec délice et pertinence à l'observation des mécanismes secrets du désir. Il met en scène des personnages malhonnêtes aux superbes répliques. Avec subtilité, il met l’accent sur le contraste entre la délicatesse du langage et la bassesse du coeur de ses personnages. Malgré une fin conforme aux voeux de la dictature monarchique de l'époque et par là même un peu déroutante, la Double Inconstance est, sous une apparence de légèreté, voire de farce, une étude de moeurs acide, qui ronge le délicat vernis de la cour et qui met ses ressorts à nu.

L'histoire:

Un prince s’est épris d’une jeune paysanne Silvia, l’a fait enlever et conduire en son château. Il voudrait l’épouser, mais elle aime Arlequin. Le prince fait venir Arlequin à sa cour : il veut le rendre infidèle et, par là, ruiner l’amour que lui porte Silvia. Flaminia, fille d’un domestique du prince se montre secourable aux deux amoureux captifs, dans l’intention de gagner leur confiance : la bonne table, les honneurs rendus par les courtisans et la grâce de Flaminia atténuent la peine d’Arlequin. Silvia apprend que les dames de la cour se moquent d’elle pour sa beauté rustique : piquée au vif, elle décide de les confondre. Il y a, à la cour, un officier qu’elle a aperçu naguère et qui lui plairait si elle n’aimait déjà Arlequin. L’officier se présente et assure Silvia de son amour tendre et respectueux ; cela l’émeut et la flatte. Arlequin, mis en présence du prince, est fâché de contrarier un si bon seigneur, tandis que Flaminia, qui ne lui déplaît pas, le gagne de plus en plus. A son tour, Silvia est désolée de faire souffrir l’officier, qui est en réalité le
prince lui-même. Le dénouement est celui qu’on attend : quand le prince se fera connaître à Silvia, la comédie se terminera par deux mariages.

A l’inverse des autres comédies où Marivaux nous montre un amour naissant, nous voyons tout d’abord la fin d’un tendre sentiment et l’apparition d’une nouvelle passion ; la vanité est l’attrait du nouveau sont cause de ce changement. Une cour galante sert de fond à cette intrigue qui est présentée avec un art délicat. Marivaux annonce Musset, par son pessimisme léger en face de l’inconstance des coeurs, même les plus simples.


friction fringuer frisage frissonnant froc frôler
Copyright © 2021 mes-biographies.com


cliquez ici
Pour accéder directement à mes-biographies.com : Publicité: